dysfonctionnements (pourquoi je ne me représente pas)

classic Classic list List threaded Threaded
2 messages Options
Reply | Threaded
Open this post in threaded view
|

dysfonctionnements (pourquoi je ne me représente pas)

David Monniaux-2
Prologue: Je ne me représente pas au CA de Wikimédia France. La première
raison est qu'il y a des candidats très sérieux, dont certains me
semblent apporter une plus-value par leur expérience extérieure et leurs
relations; j'estime par ailleurs qu'il est bon que les dirigeants d'une
association "tournent". La seconde raison est que j'avais déjà des
problèmes de disponibilité (obligations diverses) et que j'ai maintenant
déménagé en province, ce qui est pénalisant pour aller représenter
l'association dans des réunions comme je le faisais avant. Ces deux
raisons passées, voici une troisième qui mérite sans doute un plus grand
débat indépendant de mon cas personnel.

Je ne suis pas satisfait du fonctionnement de Wikimedia Foundation et
des relations entre cette fondation et notre association. J'ai constaté
des dysfonctionnements, et ceux-ci commencent à me lasser.

Les débuts de la Fondation étaient folkloriques. La gestion
administrative laissait à désirer (remboursements de frais jamais
effectués, etc.). Bref, une gestion digne d'une petite association
étudiante, et encore. Ça a été progressivement repris en main, avec des
ratés (la presse s'est fait l'écho de l'engagement comme gestionnaire
financière d'une intérimaire avec casier judiciaire). Ensuite, avec
l'engagement de divers personnels dont Sue Gardner, la gestion est
devenue plus professionnelle.

Plus professionnelle, certes, mais aussi plus bureaucratique. Notamment,
je regrette que différentes mesures ne soient ni discutées, ni même
annoncées, à l'avance. Je regrette notamment que Wikimédia France
apprenne certaines d'entre elles par voie de presse.

Depuis longtemps déjà, Jimmy Wales nous avait habitué aux effets
d'annonce. Le scénario était simple. Les médias annoncent un soi-disant
scandale sur Wikipédia (je dis soi-disant, parce que les mêmes médias
n'annoncent jamais avec autant de fanfare les conneries de leurs
collègues). On tend un micro à Jimmy, qui annonce de nouvelles
"mesures". Peut-être qu'il y a ensuite une phase d'incompréhension ou
d'exagération de la part de la presse.

Citons notamment:
* La mise en place de révisions "validées". Ni l'infrastructure
technique ni les aspects juridiques ni les politiques de gestion ne sont
encore finalisées (encore qu'il paraît que l'infrastructure est presque
prête). Cela fait pourtant longtemps que c'était annoncé, mais rien ne
fonctionne encore. Encore récemment, une journaliste m'a interrogé à
leur sujet.
* La vérification des qualifications des intervenants. Projet annoncé et
vite enterré.

Là où ça devient malsain, c'est que Jimmy mélangeait allègrement dans sa
com' ses activités chez Wikimedia et ses activités commerciales chez
Wikia. Le résultat ne s'est pas fait attendre: cela fait plus d'un an
que la presse annonce la sortie prochaine du "moteur de recherche fait
par Wikipédia".

Avec Jimmy, donc, nous étions habitués à recevoir via la presse des
annonces de mesures non suivies d'effet. Mais maintenant, avec le staff
de Wikimedia, nous apprenons des mesures effectives - toujours par voie
de presse.

Par exemple:
* Wikimedia Foundation va distribuer de l'argent (provenant d'un
généreux donateur) aux graphistes méritants.
* Wikimedia est devenue membre de l'ASIC (association [française] des
services Internet communautaires, autrement dit, le lobby Web 2.0 qui
veut essayer de limiter les dégâts d'une éventuelle réforme
législative). Wikimédia France l'a appris par la presse. (Certes, avant,
on en avait discuté informellement de cette adhésion, mais c'est fort
différent d'une confirmation.)
* L'accord Wikimedia/Kaltura sur les vidéos.

Vous allez me dire, Wikimedia Foundation c'est Wikimedia Foundation, et
Wikimédia France est une association autonome, la première n'a pas à
informer la seconde de tout. Deux problèmes:
* Quand ce sont des décisions qui affectent la France directement, il
est bon de prendre l'avis de locaux qui sont en prises avec les
évènements. Je sais bien qu'il y a Florence mais elle ne peut pas tout
faire ça toute seule.
* Par ailleurs, notre association gère de fait la majorité des relations
presse avec les médias français, Florence ne pouvant répondre à tout.
Inutile de dire qu'on passe pour un con si on répond "je ne sais pas je
vais me renseigner".

Même à l'intérieur de Wikimedia Foundation, la priorité semble aller à
l'effet d'annonce. Ainsi, il semble que le conseiller juridique, Mike
Godwin, n'a pas été informé de la distribution d'argent aux graphistes,
laquelle peut poser de très graves problèmes (elle pourrait transformer
la Fondation en éditeur, si on n'y prend garde). C'est moi qui lui en ai
parlé - je pense que ce n'est pas le rôle de Wikimédia France d'assister
à la veille juridique en droit américain!

Il ne faut pas croire que cette agitation, ces annonces, nous facilitent
la communication médiatique. Les journalistes s'étonnent que les
"révisions vérifiées" ne soient pas encore en place. Pierre Assouline a
beau jeu de remarquer qu'à chaque scandale, Wikimedia annonce des
mesures, et que tout repart comme avant.

Bref, je ne pense pas qu'il s'agisse d'un mode de fonctionnement sain.
Divers membres du conseil d'administration se sont déjà émus en privé de
cette sensation d'être la cinquième roue de la charrette. Je pense qu'il
est bon d'en tenir également informés les adhérents.

_______________________________________________
Wikimediafr-l mailing list
[hidden email]
http://lists.wikimedia.org/mailman/listinfo/wikimediafr-l
Reply | Threaded
Open this post in threaded view
|

Re: dysfonctionnements (pourquoi je ne me représente pas)

Emmanuel Engelhart
Le 24/01/08, David Monniaux<[hidden email]> a écrit :
> Prologue: Je ne me représente pas au CA de Wikimédia France. La première
> raison est qu'il y a des candidats très sérieux, dont certains me
> semblent apporter une plus-value par leur expérience extérieure et leurs
> relations; j'estime par ailleurs qu'il est bon que les dirigeants d'une
> association "tournent".

Oui, cela devrait même être très encouragé (voir imposé) à mon sens.

> La seconde raison est que j'avais déjà des
> problèmes de disponibilité (obligations diverses) et que j'ai maintenant
> déménagé en province, ce qui est pénalisant pour aller représenter
> l'association dans des réunions comme je le faisais avant. Ces deux
> raisons passées, voici une troisième qui mérite sans doute un plus grand
> débat indépendant de mon cas personnel.
>
> Je ne suis pas satisfait du fonctionnement de Wikimedia Foundation et
> des relations entre cette fondation et notre association. J'ai constaté
> des dysfonctionnements, et ceux-ci commencent à me lasser.
>
> Les débuts de la Fondation étaient folkloriques. La gestion
> administrative laissait à désirer (remboursements de frais jamais
> effectués, etc.). Bref, une gestion digne d'une petite association
> étudiante, et encore. Ça a été progressivement repris en main, avec des
> ratés (la presse s'est fait l'écho de l'engagement comme gestionnaire
> financière d'une intérimaire avec casier judiciaire). Ensuite, avec
> l'engagement de divers personnels dont Sue Gardner, la gestion est
> devenue plus professionnelle.
>
> Plus professionnelle, certes, mais aussi plus bureaucratique. Notamment,
> je regrette que différentes mesures ne soient ni discutées, ni même
> annoncées, à l'avance. Je regrette notamment que Wikimédia France
> apprenne certaines d'entre elles par voie de presse.

100% d'accord.

> Depuis longtemps déjà, Jimmy Wales nous avait habitué aux effets
> d'annonce. Le scénario était simple. Les médias annoncent un soi-disant
> scandale sur Wikipédia (je dis soi-disant, parce que les mêmes médias
> n'annoncent jamais avec autant de fanfare les conneries de leurs
> collègues). On tend un micro à Jimmy, qui annonce de nouvelles
> "mesures". Peut-être qu'il y a ensuite une phase d'incompréhension ou
> d'exagération de la part de la presse.
>
> Citons notamment:
> * La mise en place de révisions "validées". Ni l'infrastructure
> technique ni les aspects juridiques ni les politiques de gestion ne sont
> encore finalisées (encore qu'il paraît que l'infrastructure est presque
> prête). Cela fait pourtant longtemps que c'était annoncé, mais rien ne
> fonctionne encore. Encore récemment, une journaliste m'a interrogé à
> leur sujet.
> * La vérification des qualifications des intervenants. Projet annoncé et
> vite enterré.

Je rajouterai WP1, lancé en 2003 par Jimbo, sans être pensé. Fait
concrètement plus tard par d'autres (sans d'ailleurs que Jimbo ne se
manifeste d'aucune manière, ni d'ailleurs pour le CD qui est la
conséquence directe de WP1).

> Là où ça devient malsain, c'est que Jimmy mélangeait allègrement dans sa
> com' ses activités chez Wikimedia et ses activités commerciales chez
> Wikia. Le résultat ne s'est pas fait attendre: cela fait plus d'un an
> que la presse annonce la sortie prochaine du "moteur de recherche fait
> par Wikipédia".
>
> Avec Jimmy, donc, nous étions habitués à recevoir via la presse des
> annonces de mesures non suivies d'effet. Mais maintenant, avec le staff
> de Wikimedia, nous apprenons des mesures effectives - toujours par voie
> de presse.
>
> Par exemple:
> * Wikimedia Foundation va distribuer de l'argent (provenant d'un
> généreux donateur) aux graphistes méritants.
> * Wikimedia est devenue membre de l'ASIC (association [française] des
> services Internet communautaires, autrement dit, le lobby Web 2.0 qui
> veut essayer de limiter les dégâts d'une éventuelle réforme
> législative). Wikimédia France l'a appris par la presse. (Certes, avant,
> on en avait discuté informellement de cette adhésion, mais c'est fort
> différent d'une confirmation.)
> * L'accord Wikimedia/Kaltura sur les vidéos.
>
> Vous allez me dire, Wikimedia Foundation c'est Wikimedia Foundation, et
> Wikimédia France est une association autonome, la première n'a pas à
> informer la seconde de tout. Deux problèmes:
> * Quand ce sont des décisions qui affectent la France directement, il
> est bon de prendre l'avis de locaux qui sont en prises avec les
> évènements. Je sais bien qu'il y a Florence mais elle ne peut pas tout
> faire ça toute seule.
> * Par ailleurs, notre association gère de fait la majorité des relations
> presse avec les médias français, Florence ne pouvant répondre à tout.
> Inutile de dire qu'on passe pour un con si on répond "je ne sais pas je
> vais me renseigner".
>
> Même à l'intérieur de Wikimedia Foundation, la priorité semble aller à
> l'effet d'annonce. Ainsi, il semble que le conseiller juridique, Mike
> Godwin, n'a pas été informé de la distribution d'argent aux graphistes,
> laquelle peut poser de très graves problèmes (elle pourrait transformer
> la Fondation en éditeur, si on n'y prend garde). C'est moi qui lui en ai
> parlé - je pense que ce n'est pas le rôle de Wikimédia France d'assister
> à la veille juridique en droit américain!
>
> Il ne faut pas croire que cette agitation, ces annonces, nous facilitent
> la communication médiatique. Les journalistes s'étonnent que les
> "révisions vérifiées" ne soient pas encore en place. Pierre Assouline a
> beau jeu de remarquer qu'à chaque scandale, Wikimedia annonce des
> mesures, et que tout repart comme avant.

Encore une fois tout à faire d'accord.

> Bref, je ne pense pas qu'il s'agisse d'un mode de fonctionnement sain.
> Divers membres du conseil d'administration se sont déjà émus en privé de
> cette sensation d'être la cinquième roue de la charrette. Je pense qu'il
> est bon d'en tenir également informés les adhérents.

Ceci est pour moi la conséquence de deux choses :
* La fondation n'est pas une structure basée sur les membres
* La fondation a une ambition qui dépasse celle d'assurer quelques
tâches indispensables au fonctionnement des sites web.

L'association de ses deux choses nous met dans la merde. Je n'ai pas
de solution miracle... mais l'idée de limiter la fondation dans ses
tâches régaliennes  et d'avoir en plus une structure internationale
vraiment représentative de la communauté, qui puisse faire tout le
reste, offrent des perspective meilleures :
* Tout l'aspect politique, donc conflictuel, serait gérer par une
structure représentative de la communauté et si cela merde ce n'est
pas trop grave car les enjeux sont limités.
* La fondation est gérée surtout par des pros, pas forcément choisis
démocratique, mais leur rôle est principalement technique et limité,
et ainsi on a la stabilité nécessaire au bon fonctionnement du service
et en même temps on évite des décisions top-down.

Merci David pour tout le boulot. J'espère que l'an prochain on pourra
se sentir tout aussi utiles en tant que simple membre et sans toutes
ses préocuppation en rapport avec la Fondations.

Emmanuel

_______________________________________________
Wikimediafr-l mailing list
[hidden email]
http://lists.wikimedia.org/mailman/listinfo/wikimediafr-l